terrasses en pierre seche auvergne contacter la webmaster
creatifs culturels ecolos
solidarité
les valeurs de l'association
économie creative en milieu rural
respect de l'environnement
creatifs culturels auvergne
développement de micro-économie alternative
creatifs a la campagne
creatifs culturels
creatifs culturels
les valeurs de l'association
respect de l'environnement
developpement solidaire economie solidaire
creation paysagere
micro projet d economie solidaire Les griottes de Leotoing
Les terrasses en pierre sèche
 

>L'histoire des terrasses

>Sur les terrasses, la vigne

>Les créateurs de paysages contemporains

L'histoire des terrasses

La vallée de l'Alagnon et ses laves, qui ont incisé le massif volcanique du Cézallier et modelé le relief particulier du « Pays coupé», ont condamné les hommes paysans à un travail opiniâtre, pour vaincre les lois de la gravité.

La recherche de l'exposition la plus favorable et l'altitude de moyenne montagne ont incité les hommes à terrasser les coteaux pour en faire de « bons pays ». Avec la vigne sur l'adret, il y avait aussi les arbres fruitiers, les céréales et quelques prés et jardins maraîchers.

La fonction première de la terrasse est de freiner l'érosion : on transforme un plan incliné en une suite de gradins horizontaux, reliée par des escaliers de pierres ; pour se faire, on construit des murets de pierre sèche avec le matériau trouvé sur place, dans la terre. Ces platebandes, de largeur et de hauteur très variables, réalisent à elles seules une véritable création de terre cultivable qui sera enrichie d'apports à dos de « berthe » * au fil des années.

La nature de la roche n'arrête pas la volonté du bâtisseur. L'agencement et l'appareillage du mur de soutènement empruntent beaucoup à la nature de cette roche.

Aujourd'hui les coteaux ont été envahis par la friche et la forêt de chênes pubescents. Les terrasses ne sont plus visibles dans le Paysage.

Cependant, vous pouvez les découvrir lors de vos randonnées ; elles sont encore présentes, entre autres, sur tout le territoire de la vallée de l'Alagnon.

Plusieurs sites de réhabilitation de cultures en terrasses ont été entrepris à la faveur du programme européen « Pro Terra » :

- Le site expérimental d'Artias, sur la commune de Retournac, en surplomb de la Loire au nord du Puy en Velay, avec un projet de maraîchage et de vigne, dans le cadre du programme Pro Terra.

- Le site de Molompize au-dessus de Massiac, dans le Cantal, avec une réalisation de remise en culture d'un hectare de vigne.

-Association de la Vallée de la Sianne : www.cezalliersianne.asso.fr

- Le site de Courgoul dans le Puy de Dôme, à côté de Champeix. L’association des Pailhats de Courgoul organise mi-octobre une fête pour présenter leurs actions de sauvegarde des richesses locales. Des travaux de réhabilitation des murs de pierre sèche avec création d’un verger permettent d’accueillir le public pour des visites.

- Le site de Léotoing avec un projet de création paysagère et d’agrotourisme  d’Arnaud Maurières et Éric Ossart « Les palhàs de Léotoing »  Télécharger l'étude

La vigne

Jusqu'au 19 ème siècle, la superficie occupée par la vigne en Haute Loire est considérable, et ce en raison des revenus qu'elle procure.

Une étude datant de 1876 démontre que le produit de riches cultures agricoles de l'époque ne procure pas le tiers de ce que rapporte la vigne. L'ensemble de toutes les cultures céréalières représentait moins du 6 ème du revenu de la vigne.

Déjà au Moyen âge, les Seigneurs possédaient des parcelles de treilles autour de leurs châteaux. Ils en tiraient des ressources soit directement, soit par le paiement de dîmes ou de tonneaux avec le privilège, en plus, comme la vinade ou le droit de bandin.

Lors de sa conférence sur les « Seigneurs de Léotoing », le Directeur des archives départementales de Haute-Loire,  Martin de Framond,  nous apprend que l’on sait peu de choses étant donné la complexité des alliances.

On peut supposer que les Dauphins d’Auvergne et les Comtes du Rouergue ont eu un rôle dans cette lignée qui est passée au fil du 11ème siècle et jusqu’au 16ème siècle par les femmes.

Jusqu'au milieu du XVIIIè. Siècle la superficie de la vigne a été croissant pour atteindre son point culminant à la fin des années 1900. Avec la progression du phylloxéra sur tout le vignoble français, la Région Auvergne sera la dernière en sursis. Puis les attaques de l'oïdium et du mildiou, la 1 ère Guerre mondiale, l'industrialisation et l'exode rural vers les villes, la mécanisation de l'agriculture, vont porter un coup fatal à la viticulture de l'Auvergne et générer l'abandon de toutes les cultures en terrasses. Déprise, enfermement des coteaux envahis par la friche, en un siècle l'Auvergne de moyenne montagne aura complètement changé et vivra au rythme de la PAC (Politique agricole commune).

Les terrasses deviennent des espaces riches de biodiversité et vierges de toutes nuisances chimiques.

Alors quel avenir pour les cultures de terrasses et les terrasses de cultures ?

Paysage, paysans, leurs destins sont liés .

Aujourd'hui, la vallée de l'Alagnon, entre autres, voit se développer une reconquête sur l'ensauvagement pour redonner vie à ces paysages fossiles.

Face à la mutation rapide du cadre de vie et à l'urbanisation intensive, les Paysages deviennent l'objet d'une demande sociale qui met en avant leurs valeurs patrimoniale et identitaire.

Dès 1992, le Ministère de l'Environnement décerne un « label de Paysage de reconquête ».

En 1993, une loi sur « la protection et la mise en valeur des Paysages » témoigne de la reconnaissance du législateur par rapport à cette demande sociale et culturelle.

* berthe = nom donné à la hotte du vigneron

Les créateurs de paysages contemporains

Les palhàs de Léotoing

L’agence Arnaud Maurières et Éric Ossart , architectes paysagistes,  a réalisé l’étude de faisabilité « Les palhàs de Léotoing » 
Cet outil de création paysagère et agricole sur les terrasses, concourt à l’élaboration d’un projet de Territoire pour la Communauté de communes du Pays de Blesle, mais aussi pour le développement de l’écotourisme pour le Pays Lafayette. La création d’un produit du terroir avec la Griotte de Léotoing correspond au volet économique et agrotouristique.

Arnaud Maurières et Éric Ossart sont les auteurs des jardins médiévaux du Musée de Cluny à Paris www.musee-moyenage.fr, du Jardin des Paradisà Cordes sur ciel, duJardin de l’alchimiste à Eygalières, de la Roseraie et jardin des cinq sens à Blois  et de bien d’autres jardins en France et à travers le monde.
Aujourd’hui ils se passionnent pour la préservation botanique  liée aux changements climatiques. Il collectent lors de leurs nombreux voyages des végétaux venus de tous les déserts de la terre. Grâce à ces travaux de laboratoire il prépare les jardins du futur qui ne nécessitent aucun arrosage. Passionnés par l’histoire des jardins, ils recherchent sans cesse les secrets d’équilibre entre les demeures et leurs jardins,  les architectures et techniques de gestion de l’eau, et les savoirs faire de la construction en terre crue.

Lire la suite...

 

le panorama de Leotoing
En savoir plus
Téléchargez le bulletin de souscription Fondation du Patrimoine et aidez-nous à continuer les Terrasses...
ici

Venir visiter Léotoing
ici